La bière fait-elle réellement grossir ?

 

bière-fait-elle-grossir

La bière fait-elle grossir ? C’est une question légitime que l’on peut se poser. Quels sont ses apports nutritifs, combien de calories contient-elle ? Pleins de questions auxquels nous n’avons pas forcément de réponse précisent. On vous en dit plus.

Combien de calories dans la bière ?

Non, l’affichage des calories contenues dans la bière n’est pas obligatoire, mais alors comment savoir- ça nous intéresse !

La bière, comme presque tous les autres aliments ou/et boissons, contient des calories. Dans la bière, environ 2/3 des calories proviennent de l’alcool qu’elle contient, un tiers vient des glucides et une toute petite quantité de protéines. Cependant, ces proportions peuvent varier selon la composition, sa teneur en alcool et de la façon dont elle est brassée.

En moyenne, dans une bière dite régulière à 5%, on retrouve 140 calories, contre 99 cal dans une légère à 4% et enfin 60 à 85 calories dans les très légères (0.5%). Il est toutefois important de différencier les calories. Pour plus d’informations sur ses ingrédients, il est possible de s’informer directement auprès des malteries, notamment celle de Jean-Louis Dourcy, qui dirige la plus ancienne malterie ou alors auprès des brasseries.

Calories provenant de l’alcool

L’alcool est la source d’énergie la plus riche en bière et a une valeur énergétique de 7 kcal par gramme. La décomposition de l’alcool dans l’organisme  la décomposition d’autres nutriments, car l’organisme ne peut pas stocker l’alcool et le traite comme une substance potentiellement nocive, bien que de petites quantités d’alcool pendant les repas puissent stimuler la dépense énergétique.

Calories provenant des glucides

En général, le niveau de glucides dans la bière varie de 20 à 30 g par litre. Une bière blonde contient à peu près la même quantité de glucides par portion qu’un vin blanc doux, moins qu’une liqueur, mais plus qu’un vin blanc sec.

Les calories bientôt affichées sur les bouteilles de bières ?

Un protocole d’accord a récemment été établi pour afficher le nombre de calories sur certains spiritueux, les bières et le vin n’en feront pas partis à l’exception d’une certaine marque de bière qui elle, indiquera sur ses étiquettes bien visibles indiquant les calories, les ingrédients, la quantité de graisse, de glucides et enfin de protéines dans l’équivalent d’une bière.

Autre article intéressant:  Quel boisson pour le sport & fatigue après l’effort

La bière fait-elle vraiment grossir ?

Beaucoup de facteurs sont à prendre en compte : la façon de de consommer de la bière, le sexe, le style de vie, le métabolisme aussi. Il faut savoir que l’alcool est principalement absorbé par l’intestin grêle et est décomposé dans le foie.

Seulement 5% de l’alcool consommé quitte le corps directement par excrétion, respiration et transpiration, dans l’urine, et la sueur. Le corps humain n’a pas la capacité de stocker de l’alcool et essaie de l’éliminer dès qu’il entre dans le système. Une fois consommé, l’oxydation commence immédiatement tandis que l’oxydation des autres macronutriments est supprimée. Par conséquent, la consommation d’alcool diminue l’oxydation des graisses pendant la période où l’alcool ingéré est métabolisé.

Qu’en est-il de la prise de ventre dû à la bière, un mythe ?

On croit généralement que la consommation de bière puisse causer un gros estomac, un phénomène communément appelé  » ventre de bière « . Cependant, il n’y a pas suffisamment de preuves scientifiques pour confirmer que la consommation de bière à des niveaux modérés (<500 ml par jour) est vraiment responsable d’une prise de ventre importante bien que la consommation de bière à des niveaux plus élevés puisse être associée positivement à un ventre plus gros.

Si ce n’est pas la bière, alors d’où vient le phénomène « ventre de bière » ? Elle pourrait être liée, du moins en partie, aux habitudes alimentaires et au mode de vie du consommateur de bière. Les personnes qui boivent principalement de la bière semblent également manger moins sainement que celles qui préfèrent le vin ou qui ne boivent pas du tout de boissons alcoolisées.