A quoi servent les thérapies cognitives et comportementales ?

therapies cognitives

Lorsqu’on s’engage dans un travail thérapeutique avec un psychologue, celui-ci peut avoir une spécialiste tant au niveau du public avec lequel il travail qu’avec les méthodes employées pour arriver à un soulagement des troubles et une guérison. Les thérapies cognitives et comportementales font partie de ces pratiques d’accompagnement. Ces dernières années, elles ont nettement prouvé leur efficacité et son depuis validée scientifiquement. Alors que sont les thérapies cognitives et comportementales ? Comment se pratiquent-elles et quelle est leur utilité ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Les TCC, une thérapie pour les troubles du comportement

Il s’agit d’une pratique thérapeutique proposée par certains psychologues comme celle-ci, spécialisée en thérapie cognitive et comportementale. Relativement brève dans le temps, elle s’intéresse en particulier aux comportements des individus et aux mécanismes qui les animent. Son rôle n’est donc pas d’identifier la source profonde d’un mal-être ou de troubles mais d’aider à surpasser des difficultés au quotidien.

Pour cela, l’objectif de ces thérapies et de décortiquer chaque mécanisme psychique à l’œuvre qui conduisent à un mauvais comportement et d’identifier des méthodes pour les enrayer. En général, cela passe par de l’introduction de pensée positive.

Les principaux troubles traités par la TCC

Plus concrètement, cette thérapie va s’intéresser à des difficultés handicapantes au quotidien comme la dépression, l’anxiété, les troubles de l’alimentation ou encore la dépendance aux produits stupéfiants, à l’alcool ou au tabac.

En fonction de la difficulté rencontrée par le patient, le psychologue l’aidera à mettre en exergue les croyances négatives qui le conduise à adopter ces comportements. La deuxième partie de la thérapie consistera à réaliser des exercices pour apprendre à injecter des pensées positives. Ces processus sont très standardisés pour être valides.

Généralement, quelques séances permettent de passer au-delà du problème grâce à un travail de conditionnement qui permet de changer les comportements.

Exemples de bienfaits des TCC

Voici quelques exemples où les thérapies cognitives et comportementales peuvent jouer un rôle utile.

Travailler sur les troubles de l’alimentation

De plus en plus de personne sont victimes de ce type de troubles du comportement : boulimie ou anorexie par exemple. La TCC va s’attacher à comprendre les mécanismes psychologue qui pousse une personne à adopter des comportements alimentaires spécifiques et cherchera à les démonter. Dans de nombreux cas, les TCC ont pu ramener des patients dans des courbes de poids saines en déconstruisant les troubles déconstruisant à une alimentation désordonnée.

Apaiser l’anxiété

L’anxiété est sans doute le trouble soigné de façon la plus évidente par la TCC. Lorsqu’une personne est saisie par des angoisses, on obtient généralement très rapidement de bons résultats en identifiant dans l’environnement ce qui provoque les crises et en apprenant au patient à en contrecarrer les conséquences négatives en introduisant dans son schéma de pensée des idées positives. Cela passe par exemple par la construction d’un discours déconfirmant les sources d’angoisse.

Sortir d’une dépendance

3ème et dernier exemple et sans doute le plus visible. Les TCC peuvent aider une personne dépendante (alcool, drogue ou cigarette) à se détacher de cette consommation en conditionnant le sujet pour lui apprendre à développer des comportements de refus plus efficace face aux substance nocives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *